Lauréats 2007

L’Institut forestier du Canada remet des prix nationaux aux individus et aux groupes chaque année. Le lundi 20 août 2007, l’IFC a tenu son banquet annuel de remise de prix à Toronto, Ontario, en collaboration avec la conférence Forest in Settled Landscapes. En tant que co-organisateurs de la conférence à l’Université de Toronto, nous avons célébré les réussites de nos membres au cours d’une cérémonie de remise des prix à un gala et dîner à la demeure historique Hart House dans le magnifique hall Grand Hall. Les prix remis à des individus et des organismes veulent reconnaître leurs précieuses contributions au secteur forestier et à la pratique de l’aménagement durable des forêts.


Prix canadien d’excellence en foresterie

ThomErdle

Le prix canadien d’excellence en foresterie a été créé en 1967. Son but est de reconnaître les réussites uniques et remarquables en foresterie de la part d’un individu et veut encourager l’excellence au sein de la profession forestière. Le lauréat de cette année était Dr. Thom Erdle de la Faculté de foresterie et de gestion de l’environnement de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Dr. Erdle a été professeur de gestion forestière à l’Université du Nouveau-Brunswick depuis 1995. Avant cette date, il a travaillé pour 15 ans dans le secteur forestier privé avec JD Irving, Ltée et en tant que partenaire et consultant principal de Vanguard Forest Management Services Ltée. Il a également travaillé dans le secteur public en tant que Directeur de la planification de la gestion du bois pour le Ministère des Richesses naturelles du Nouveau-Brunswick. Dr. Erdle a largement contribué à la promotion de l’excellence en foresterie dans les universités et dans les secteurs public et privé. Il incarne l’excellence dans la profession forestière, en particulier dans trois domaines suivants: la participation directe aux activités communautaires d’aménagement forestier, la formation des étudiants qui travailleront en foresterie après l’obtention de leur diplôme, et la contribution à la littérature et la recherche sur la planification de l’aménagement forestier et la modélisation en approvisionnement de bois.

Thom est vénéré et respecté par ses étudiants. Un grand nombre de ceux qui se trouvent aux prises avec ses missions exigeantes parviennent quand même à dire que sa classe est leur préférée. Les devoirs et les tâches visent la construction des capacités et des aptitudes. Dans sa classe, le savoir est le résultat de la compréhension – qu’il promeut – en portant son attention sur les questions qui font réfléchir et discuter. Ses devoirs mettent l’accent sur le processus d’analyse, et non le résultat. Ses étudiants utilisent plusieurs mots pour le décrire comme exigeant, bien établi, abordable, organisé, enthousiaste, un communicateur efficace, qui sait écouter, pour en nommer que quelques-uns. Thomas possède toute une diversité d’expérience dans le secteur forestier et la richesse de son savoir, combiné avec son enthousiasme puissant, sa communication efficace et ses compétences lui ont permis de parvenir à un impact extrêmement positif et influent sur les forêts et les professionnels forestiers, jeunes comme vieux. Notre profession a besoin d’individus comme Thom, qui ont acquis un large éventail d’expérience en foresterie et qui excellent aussi dans le domaine des communications.


Prix canadien d’excellence scientifique en foresterie

ShashiKant

Créé en 1980, le prix canadien d’excellence scientifique en foresterie reconnaît les réussites uniques et remarquables en recherche forestière au Canada. Il a comme objectif d’encourager l’excellence en recherche forestière. Cette année, le lauréat a été Dr. Shashi Kant de l’Université de Toronto.

Dr. Kant est un célèbre économiste forestier qui a introduit un nouveau paradigme économique, dit post-newtonien, qui intègre les caractéristiques de base du développement durable et de l’aménagement durable des forêts. Le plus grand attribut de Dr. Kant est sa capacité de combiner de façon transparente la recherche et l’activisme. Il est reconnu pour son soutien des sociétés durables, son travail communautaire local et sa démonstration de la pertinence de la philosophie de Gandhi en tant qu’outil pour des sociétés durables.

Dr Kant a eu des impacts directs et précieux par le biais de sa recherche en transformant le système de valeurs de centaines d’étudiants à l’égard de la conservation de l’environnement des forêts et de coopération. Il a également transformé la philosophie de recherche de nombreux organismes telle la Forêt modèle du lac Abitibi et de nombreux professionnels forestiers partout au monde, du réductionnisme à une approche intégrée.

Shashi a publié trois livres, 16 chapitres, plus de 50 articles qui ont fait l’objet de revue par les pairs, plus de 20 documents de conférences et 18 rapports techniques. Il a pu attirer plusieurs millions de dollars en subventions et allocations de recherche à l’Université de Toronto. Les réussites de Shashi en matière de recherche économique forestière et en activisme continuent à avoir un impact durable et important sur la pensée économique, sur les étudiants qui entrent dans le monde enrichis par son enseignement et sur les nombreux groupes et organismes à travers le monde qui bénéficient de ses conseils.


Prix d’excellence en gestion forestière par un groupe

SopronForester

Avec le prix d’excellence en gestion forestière par un groupe, l’Institut reconnaît des réussites uniques et remarquables en gestion forestière par un groupe ou un organisme. Établi en 1998, le prix d’excellence en gestion forestière par un groupe veut reconnaître des équipes ou groupes de gestionnaires de ressources naturelles, de chercheurs ou des groupes d’ONG dans le domaine des ressources forestières ou des activités connexes à ce domaine au Canada. Cette année, les récipiendaires ont été un courageux groupe de Canadiens d’origine hongroise connue sous le nom des forestiers SOPRON Foresters.

Les forestiers SOPRON ont, collectivement, contribué de façon exceptionnelle à la fois à la gestion des forêts et aux sciences forestières au Canada. Cette année, nous avons annoncé que le groupe recevra le prix afin de coïncider avec les cérémonies spéciales tenues à l’Université de la Colombie-Britannique en juin. Depuis la fin des années 1950, le groupe SOPRON a travaillé au sein du gouvernement, de l’industrie et des universités, où plusieurs d’entre eux ont tenu des postes de cadres supérieurs et ont enrichi le paysage forestier canadien, la culture canadienne et ont contribué à mettre en évidence le Canada de façon générale. Plusieurs forestiers SOPRON ont été actifs au sein de l’Institut forestier du Canada depuis maintenant 50 ans, même qu’un ancien élève SOPRON – Stephen Tolnai – a été notre Président en 1995-1996.

Il est difficile pour nous maintenant d’imaginer ou de comprendre le courage manifesté par ce groupe d’étudiants en foresterie au cours du soulèvement hongrois de 1956 contre l’ancienne Union soviétique et le courage qu’ils ont continué de montrer avec la création d’un nouveau pays et continent en 1957. C’est une histoire incroyable avec des faits et des statistiques aussi incroyables:

1) 14 professeurs et 200 étudiants sont venus étudier à l’UBC en septembre 1957
2) 141 de ceux-ci ont été diplômés de l’UBC entre 1958 et 1961 et 44 ont obtenu un diplôme d’études supérieures, dont 20 doctorats
3) Ils ont eu un énorme impact collectif positif sur la profession forestière et la recherche forestière au cours des 50 dernières années.
4) Combinés, les maîtrises et doctorats SOPRON ont produit: 1200 publications, 200 publications non consultées; 1000 présentations de conférence; 848 rapports de recherche, 64 chapitres de livres et 46 livres, 56 brevets et plus de 110 prix et distinctions

Le Canada, la foresterie canadienne, et l’Institut forestier du Canada ont tous été vraiment été enrichis à la suite de l’immigration de masse de ce merveilleux et courageux groupe de forestiers hongrois, il y a 50 ans. Ils ont été directement impliqués dans l’amélioration de la pratique, dans la promotion de la durabilité et de la bonne intendance des forêts ainsi que dans l’avancement de la science.

Dr. John Balatinecz de Toronto, Ontario, a accepté le prix au nom de ses collègues des SOPRON Foresters.


Prix d’excellence international en foresterie

Établi en 1988, le prix d’excellence international en foresterie de l’Institut veut reconnaître les réussites ou contributions uniques et remarquables en foresterie internationale. Le prix reconnaît le Canada comme chef de file en foresterie et apprécie les actions d’individus qui ont partagé ce leadership avec d’autres nations. Il peut aussi reconnaître le désir d’un individu de rapprocher des nations pour améliorer la foresterie et les pratiques forestières globales. Ce prix a comme objectif d’encourager l’excellence et la coopération en foresterie internationale. La lauréate de cette année est Mme Denyse Rousseau de Gatineau, Québec.

Ayant récemment pris sa retraite, Mme Rousseau a consacré près de deux décennies de sa vie professionnelle à la scène mondiale grâce à l’amélioration de l’aménagement durable des forêts; une grande partie de cet effort portait sur l’amélioration de la condition humaine dans certaines des régions les plus défavorisées de la planète. Mme Rousseau a été membre de l’Agence canadienne de développement international, sur l’équipe de foresterie, au début des années 1990. Pendant ce temps, les programmes de foresterie dans les pays d’Afrique francophones ont été parmi les plus importants et les plus complexes. Mme Rousseau a fourni des conseils techniques importants pour de nombreux projets de plusieurs millions de dollars en plus de l’assistance technique, en particulier dans la République démocratique du Congo (le Zaïre à l’époque) et au Cameroun. Elle a également eu plus en plus de responsabilité au sein des NationssUnies avec leur programme d’alimentation et d’agriculture dans le département de foresterie. Elle est éventuellement retournée au Canada pour travailler au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.

Denyse est bien connue parmi ses collègues forestiers du monde entier comme une personne passionnée et inébranlable, qui tient à ses principes et aux pratiques d’aménagement durable des forêts. Ses contributions au développement des politiques et pratiques forestières ont été considérables. Ici comme à l’étranger, Denyse est et continue d’être une formidable ambassadrice pour les forêts bien gérées.


Prix James M. Kitz

L’Institut reconnaît de nombreuses personnes impliquées dans la foresterie à travers le Canada qui font des contributions remarquables au tout début de leur carrière. Le prix reconnaît les contributions de ces nouveaux professionnels forestiers. Il a comme objectif d’encourager l’excellence dans la profession forestière et porte le nom de James M. Kitz prix, pour honorer une personne qui a été membre de l’Institut, qui fait plusieurs contributions remarquables à la foresterie au début de sa carrière, mais est décédé soudainement à l’âge prématuré de 36 ans. Ce prix est attribué à ceux qui illustrent l’approche de Jim dans tous les aspects de leur vie tout en faisant une contribution exceptionnelle à la foresterie au début de leur carrière. Cette année, le lauréat était Mme Valerie Courtois de Sheshatshiu, Nitassinan.

_ValerieCourtois

Mme Courtois est diplômée d’un baccalauréat en sciences forestières de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston, en 2002. Après avoir obtenu son diplôme, elle a travaillé pour l’Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador (IDDPNQL) où elle a acquis de l’expérience dans les politiques relatives aux Premières nations, la nation innue et de leur association étroite à l’environnement naturel en particulier. En 2003, elle a accepté un poste avec la Nation innue en planification forestière pour l’Office de l’environnement de Sheshatshiu, au Labrador. En plus de ses responsabilités au sein de l’Office des forêts, elle a coordonné et a guidé les Guardiens environnementaux des Nations Innu et des programmes qui y sont reliés. Ce programme aide les membres de la communauté à développer des compétences de base dans les sciences occidentales et Innus.

Valerie est reconnue comme une personne généreuse, qui fait toujours du temps pour ses amis et collègues. Elle est également très fière de son patrimoine innu, chose qui se reflète dans son éthique de travail rempli de valeurs communautaires et familiales. On dit aussi qu’elle a un excellent sens de l’équité, de l’humilité et de la motivation, tous les ingrédients d’un véritable chef de file. Avec son poste actuel au Labrador, elle fait preuve d’un grand dévouement dans le domaine de la foresterie pour mettre davantage l’accent sur l’impact écologique et sur les piliers sociaux de la durabilité. Elle veut aider le peuple innu à travailler pour un meilleur aménagement forestier dans un endroit où la foresterie, telle que nous la connaissons, demeure tout à fait nouvelle. Elle voyage beaucoup pour apprendre au sujet des meilleures pratiques de gestion, des outils et techniques dans des pays qui les connaissent bien pour mieux les instaurer au Labrador. Au cours de ses voyages, elle est souvent invitée à prononcer des discours sur les valeurs autochtones et leur lien à la gestion des forêts, ainsi que sur ce qu’elle a appris de son travail. À un très jeune âge, Valerie laisse sa marque positive et fait des vagues dans le secteur forestier au Canada.


Prix présidentiel

Notre prix présidentiel est décerné des personnes qui ont fourni un service exceptionnel et qui ont démontré un véritable dévouement envers l’Institut forestier du Canada, et qui illustrent une dévotion et passion pour la profession. Cette année, la récipiendaire a été M. Williams Mack, de Toronto, Ontario.

_MackWilliams

M. Williams a été un membre de l’Institute pour maintenant 58 ans, depuis 1949, quand l’Institut portait encore le nom du Canadian Society of Forest Engineers. Il est diplômé de l’Université de Toronto en 1950, avec un baccalauréat de science en foresterie et a reçu sa maîtrise en sciences, également de Toronto, en 1958. La carrière de Mack chez le Ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et chez son prédécesseur, le Département des Terres et Forêts, a duré de nombreuses décennies. Il a pris sa retraite en 1983. Au cours de sa carrière, Mack a aussi enseigné la science du sol aux forestiers et autres personnes impliquées dans le reboisement et l’aménagement forestier, a travaillé dans l’inventaire des terres, et a terminé dans la planification de l’aménagement du territoire au Ministère.

Il s’est joint au conseil de la section sud de l’Ontario de l’IFC en 1984 et, en 1985, est devenu son historien, publiant un livre d’histoire en 1991. L’une des principales contributions de Mack à l’IFC et à la foresterie a été d’être rédacteur en chef du bulletin de nouvelles de la section sud de l’Ontario depuis 1987. Il commence maintenant sa 21e année en tant que rédacteur en chef et travaille à son 89e bulletin! Le bulletin a contribué à la représentation de la forêt du Sud de l’Ontario dans le contexte du paysage et de la population de l’Ontario, du Canada et du monde.

L’un des grands intérêts forestiers de Mack a été sa propriété dans les collines d’Oro au nord de Barrie, terrain dont il est propriétaire depuis 1946 sur lequel il a lui-même reboisé les espaces ouverts vers la fin des années 40 et 50. Ses plantations ont maintenant été éclaircies, certaines pour la quatrième fois et Mack a pris grand plaisir à voir des poteaux électriques de 50 pieds et d’autres produits provenir d’arbres plantés par lui-même, ses frères, soeurs et parents. Il considère la paix et la tranquillité de laisser la ville et l’agitation de l’autoroute 400 pour se reposer, comme un autre grand trésor forestier.

Au fil des ans, Mack a reçu de nombreux prix reliés à la foresterie, y compris la membre de l’année de sa section en 1989, un prix spécial de la section en 1993, le prix Arbre de la vie de l’Institut vers l’année 1998 et d’autres prix comprennent le prix White Pine Award de la part de l’AssociationHuronia Woodland Owners Association, un prix de la conservation Couchiching et le prix d’intendance communautaire (Community Woodland Steward Award) de l’Association Ontario Forestry Association.

En tant que grand-parent Mack a fait du bénévolat dans des salles de classe pour environ 6 ans, chose qui l’a ensuite conduit à son rêve que les presque 16 000 écoles primaires et secondaires du Canada aient une forêt et qu’ils en fassent usage dans l’apprentissage, résultant ainsi en une conscientisation accrue pour les générations futures à savoir que nous somme un pays forestier et que la forêt canadienne est importante pour tous les Canadiens, et pour le monde entier.


Prix Section de l’année

_MaritimeSection

L’Institut forestier du Canada est d’abord un organisme populaire, mais possède un réseau et un objectif national. Il y a présentement 18 Sections à travers le pays et elles sont véritablement la fondation et la force de l’organisme. Le prix Section de l’année reconnaît l’engagement des membres dans les affaires de l’Institut, ce qui augmente la sensibilisation de l’importance de la foresterie au Canada. Cette année, le lauréat a été la section Maritime, avec leurs évènements, leurs initiatives, leurs activités et le recrutement de membres tout en adressant la direction stratégique de l’Institut.

La Section Maritime a, avec succès, encouragé les professionnels forestiers de l’avenir et travaillée pour le maintient de la communication et d’activités externes de soutien professionnelles. Marie-Paule McNutt de l’Université du Nouveau-Brunswick, Faculté de foresterie et de gestion de l’environnement, et directrice de notre section Maritime a accepté le prix au nom de la section.


Prix Arbre de la vie

Les prix Arbre de la vie sont reconnus au niveau national mais sont sélectionnés au niveau régional par les sections de l’Institut. Ils sont remis aux individus qui ont fait des contributions supérieures, dévouées ou particulièrement efficaces à l’aménagement durable des forêts, au renouvellement des forêts ou au rendement viable et la gestion intégrée des forêts et de leurs valeurs intrinsèques. Les individus suivants ont reçu un prix Arbre de la vie en 2007 de leurs sections.

Glenwood Jordan, Section Maritime
Hugh Ross,Section Nouvelle-Écosse
Allan Willcocks, Section du Nord-Ouest Ontarien


Club d’âge d’or

Les personnes qui ont célébré 50 ans d’appartenance à l’Institut forestier du Canada en 2007 ont été honorées par un prix remis par le président Doug Stables. Leurs noms sont maintenant inscrits au club d’âge d’or. Au total, 11 membres ont atteint ce jalon impressionnant en 2007:

Douglas E. Rickson
Edmund W. Howard
J. Victor Stewart
James E. Marshall
John Torunski
Martin Broeren
Mel P. Lawson
Peter M. Paul
Richard Smith
Ronald K. Sawatzky
Roy F. Sutton

http://www.cif-ifc.org/