Reynold Richemond – In Appreciation of 42 Years in Forestry Education / Reynold Richemond – En reconnaissance de 42 années d’enseignement forestier

Version française ci-dessous

It is the nature of the forestry profession that we generally do not seek the limelight, do not “blow our own horn” and find it difficult to celebrate our heroes. But when one person is responsible for over 40 years of forest education and for influencing the careers of thousands of students, it merits special recognition.

Reynold Richemond’s career paralleled  substantial professional and societal changes in Canada. A lover of the outdoors, Reynold was born in Port-au-Prince, Haiti and came to Canada as a teen to further his studies. After completing CEGEP in Victoriaville, he obtained his forestry degree from Laval in Quebec City in 1972 and soon obtained his professional designation in Quebec (ing.for.). His career began with the Canadian International Development Agency (CIDA) in Africa for two years before returning to Quebec to work for the provincial Ministry in Quebec City, Amos, Chibougamau and the Gaspé.

However, it was in 1980 that he discovered the two loves of his life – teaching at the newly created French language forest technician program at Algonquin College in Pembroke, Ontario; and his future wife, Margaret Kraas. From there, Reynold’s story paralleled that of La Cité (Ontario’s largest French-speaking college) and the Franco-Ontarian community.

The forestry program was established at Algonquin College (originally in English only) in 1969 – six years later (in 1975) it was offered in French. In 1980, Reynold was hired as one of three permanent professors of the burgeoning French language faculty. In the 1980’s there was a strong movement in Ontario to secure language rights for francophones faced with rising assimilation and below average salaries. In 1990 the francophone college,  La Cité Collégiale was formed in Ottawa, with the francophone forestry program brought from Algonquin College in Pembroke to a campus in Hawkesbury and finally to Ottawa in 1995 (the school changed its name from La Cité Collégiale to La Cité in 2013). In 2019, Luc Rainville became the first graduate from La Cité elected CIF President. About 1,500 students have graduated from the course which has now established a unique partnership with the Université de Moncton for those wanting to continue their degrees in forestry.

With solid, consistent support from the College administration, Reynold saw forestry change as society changed. The development of a diverse Consultation Committee drawn from the forestry community to help set course direction for La Cité is one such example.  Studies in climate change, plant and wildlife identification, fire protection, silviculture, and forest management saw huge changes over time. Field trips to the Larose Forest, to SOPFEU (Quebec fire protection agency) and the City of Ottawa were also integrated into the curriculum. Today La Cité features almost the same number of female graduates as male graduates with more courses exploring the  environmental/ecology and IT sides of forestry. An urban forestry/arboriculture course is also offered.

Always a supporter of CIF’s Silver Ring Ceremony in the school, Reynold has much to be thankful for in his career in forest education. The future looks very bright for La Cité due in part to the leadership and magnificent career of this very competent if not self-effacing forester. With a new life with his wife, two adult children and now grandchildren, he has much to enjoy. Bonne retraite et merci Reynold!

 

Submitted by:

  • Mike Rosen, Councillor, Ottawa Valley Section

May 2023

 

****

C’est dans notre nature de forestier de ne pas rechercher l’attention de ne pas nous vanter ni de célébrer nos héros. Mais lorsqu’une seule personne est responsable de plus de 40 ans d’éducation forestière et d’influence sur la carrière de milliers d’étudiants, cela mérite une reconnaissance particulière.

La carrière de Reynold Richemond a été parallèle à d’importants changements professionnels et sociétaux au Canada. Amoureux du plein air, Reynold est né à Port-au-Prince, en Haïti et est venu au Canada à l’adolescence pour poursuivre ses études. Après avoir complété son CÉGEP à Victoriaville, il obtient son diplôme en foresterie à Laval à Québec en 1972 et obtient bientôt son titre professionnel à Québec (ing.f.) Sa carrière a débuté au sein de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) en Afrique pendant deux ans avant de revenir au Québec pour travailler pour le Ministère provincial à Québec, Amos, Chibougamau et Gaspé.

Cependant, c’est en 1980 qu’il découvre les deux amours de sa vie : enseigner au nouveau programme de technicien forestier en français au Collège Algonquin de Pembroke, en Ontario; et sa future épouse, Margaret Kraas. À partir de là, l’histoire de Reynold est parallèle à celle de La Cité (le plus grand collège francophone de l’Ontario) et de la communauté franco-ontarienne.

Le programme de foresterie a été créé au Collège Algonquin (à l’origine en anglais seulement) en 1969 – six ans plus tard (en 1975), il était offert en français. En 1980, Reynold a été embauché comme l’un des trois professeurs permanents de la faculté de langue française en plein essor. Dans les années 1980, il y a eu un fort mouvement en Ontario pour garantir les droits linguistiques des francophones confrontés à une assimilation croissante et à des salaires inférieurs à la moyenne. En 1990, le collège francophone La Cité Collégiale a été créé à Ottawa, le programme forestier francophone étant transféré du Collège Algonquin de Pembroke à un campus à Hawkesbury et finalement à Ottawa en 1995 (l’école a changé son nom de La Cité Collégiale à La Cité en 2013). En 2019, Luc Rainville devient le premier diplômé de La Cité élu président du IFC. Environ 1 500 étudiants ont obtenu leur diplôme, ce qui a permis d’établir un partenariat unique avec l’Université de Moncton pour ceux qui souhaitent poursuivre leurs études en foresterie.

Grâce au soutien solide et constant de l’administration du Collège, Reynold a vu le secteur forestier évoluer à mesure que la société évoluait. La création d’un comité consultatif diversifié issu de la communauté forestière pour aider à définir l’orientation de La Cité en est un exemple. Les études sur le changement climatique, l’identification de la flore et de la faune, la protection contre les incendies, la sylviculture et la gestion forestière ont connu d’énormes changements au fil du temps. Des sorties scolaires à la forêt Larose, à la SOPFEU (Agence québécoise de protection contre les incendies de forêt) et à la Ville d’Ottawa ont également été intégrées au programme d’études. Aujourd’hui, La Cité compte presque le même nombre de femmes diplômées que d’hommes diplômés, avec davantage de cours explorant les aspects environnementaux/écologiques et informatiques de la foresterie. Un cours de foresterie/arboriculture urbaine est également offert.

Toujours partisan de la cérémonie de l’Anneau d’argent du IFC à l’école, Reynold a de nombreuses raisons d’être reconnaissant dans sa carrière dans l’éducation forestière. L’avenir s’annonce très prometteur pour La Cité, en partie grâce au leadership et au magnifique parcours de ce forestier très compétent, voire effacé. Avec une nouvelle vie avec sa femme, ses deux enfants adultes et désormais ses petits-enfants, il a beaucoup de choses à apprécier. Bonne retraite et merci Reynold!

 

Soumis par :

  • Mike Rosen, conseiller, section de la vallée de l’Outaouais

mai 2023